Publié le

Astor Piazzolla – Le rebelle qui devint icône

a piazUn jour partagé avec un grand Monsieur, un ami, qui a joué un rôle considérable dans l’histoire du tango. Nous parlions du classement de la production discographique tango. Je disais qu’on peut la classer en tango dansant, tango de concert, on pouvait -vu le nombre et la qualité des interprètes- avoir une catégorie ‘chanteurs / chanteuses’. Lui, amoureux de tout le parcours tango, fidèle à De Caro, à Troilo…, ajouta qu’il faut faire une catégorie encore: Astor Piazzolla.

Si on ne connait pas ce Monsieur, attaché aux grands époques du tango, on aurait pu croire qu’il voulait mettre Piazzolla en marge, ou en dehors du tango. Or, moi, qui le connaît fort bien, a su immédiatement qu’il disait ainsi l’importance du compositeur / bandonéoniste, la place qu’il croyait fallait lui accorder.

Ceci ne minore en rien celle d’un Arolas, Pugliese, Troilo…. mais bien la particularité Piazzolla, l’influence et cette place acquise dans la continuité du tango, au moment où l’espace traditionnel du succès connu, le bal, la chanson, ce style si caractéristique de la première moitié du 20ème siècle, ne courait plus l’air de Buenos Aires ni le cœurs des argentins.

Ce grand Monsieur reconnaissait qu’il fallait remercier Piazzolla, qui a su par sa musique dire que le tango marche avec le temps, qu’il nous accompagne et sait dire le monde et la vie à chaque moment. Ce grand monsieur reconnaissait la qualité de l’œuvre de Piazzolla qui a su retrouver un écho formidable dans le monde ouvert de la deuxième moitié du 20ème siècle.

Piazzolla et le tango cela fait un lien, un dialogue, de passion et de recherche; sa musique, comme dans un curieux calembour, a connu le même sort que celles qui s’avançaient peu-à-peu au début : l’une comme l’autre ont eu besoin de connaître le succès ailleurs pour revenir à occuper l’intérêt puis l’adoption par les argentins eux-mêmes.

Piazzolla a beaucoup travaillé, il a beaucoup crée et ses pièces portent en elles toutes ses inquiétudes musicales, toutes ses repères et ses identifications, et toujours ce lutin qui plane, qui accompagne, qui le soutient: le tango.

Le nombre d’enregistrements de ses œuvres est considérable, soit par Piazzolla lui-même avec ses diverses formations soit par d’autres (Yo Yo Ma, Galliano, pour ne citer que les plus connus) .

La particularité Piazzolla: l’influence et sa place dans la continuité du tango ainsi que cette musique qui ne cesse d’être tango dans un univers musical aux multiples contacts et références. Parce que notre monde, nos sociétés ne cessent de bouger, et qu’une culture ne perdure et ne vit que si elle sait aussi marcher avec le temps mouvant.

Piazzolla a su faire marcher le tango avec les changements inévitables de la vie, et ceux d’une ville: Buenos Aires, prise elle aussi dans ce mouvement, celui de toute une époque.

Le tango vit et perdure, et c’est pourquoi la musique de Piazzolla est vite devenue planétaire et reconnue.

Bernardo Nudelman

Laisser un commentaire