Publié le

Les musiques de la terre argentine

D’une si grande richesse. D’une si longue histoire. Et, à part quelques artistes et à une époque qui nous paraît lointaine, le folklore argentin est aujourd’hui presque méconnu dans des nombreux pays, la France entre autres.

Comment se fait-il que, ces rythmes qui racontent l’histoire de ces territoires, ait si peu eu cours dans l’espace outre-Atlantique ?

Jusqu’au milieu des années 80, on trouvait tout de même un public pour l’ensemble du folklore sud-américain, donc aussi pour le folklore argentin.

Mercedes Sosa se produisait devant un public nombreux. Atahualpa Yupanqui, mémoire que nous honorons, a vécu à Paris et avait ses amateurs. On comptait quelques « peñas » (lieux où l’on écoutait de la musique folklorique) à Paris. Ces lieux ne désemplissaient pas et connaissaient un vif succès.

Que s’est-il passé ? Le trop plein de « musiciens de rue », pour la plupart des réfugiés politiques ou économiques, subvenaient-ils ainsi à leurs besoins. Parmi eux, nombreux étaient ceux qui ne mettaient pas à l’honneur, c’est le moins que l’on puisse dire, la musique d’Amérique du Sud.

On ne peut pas l’affirmer, simplement le soupçonner.

Le tango argentin aurait-il fait de l’ombre à la musique folklorique Argentine? Là, soupçons, encore.

Mais l’on pourrait inverser cela et dire qu’au contraire le tango doit et devrait jouer un rôle d’ouverture en direction de l’espace musical argentin.

Il ne doit pas jouer le rôle d’accaparateur de ce patrimoine musical mais celui de lumière, de clef, de guide vers tous les autres espaces musicaux d’Argentine. C’est pour cela que notre site musicargentina.com est né. C’est pour cela aussi que nous travaillons. Et persévérons… !!!

Nous voulons redonner vie, redonner de la valeur, vous faire découvrir cette immense, oui, immense richesse.

Depuis les rythmes autochtones, ceux des hauts plateaux des Andes, en passant par ceux qui viennent de la main des conquistadors espagnols, ou encore ceux provenant d’ Europe, jusqu’à nos jours, sans interruption, le peuple, avec ses créateurs et ses rénovateurs honore sa musique dans maints festivals, peñas, fêtes ou autres rencontres sociales.

Les chacareras, vidalas et zambas proviennent en particulier de rythmes originaires d’Espagne et ont transité par le Pérou.

Le chamame, lui, s’imprègne de polka européenne.

Les musiques de la Pampa, parmi elles la milonga, vient apporter son grain de sable à la naissance du tango.

Les artistes du folklore se sont très souvent engagés à côté de ceux qui souffrent. Des hommes et des femmes, comme Yupanqui, Guarany, Davalos, Mercedes Sosa, Larralde, Raul Barboza, ont pris fait et cause pour ces gens en difficulté de vie.

Le folklore donne matière pour des créations originales et sublimes. Des artistes comme Gerardo di Giusto, Carlos Tero Buschini, s’inspirent afin de composer une musique où le jazz et le folklore savent dialoguer pour nous emmerveiller.

Pas un endroit où l’on n’entend du folklore sans que le public batte des mains, chante avec les musiciens, se lève pour danser entre les tables. Le folklore est une fête !

Ne voyons-nous pas l’enthousiasme qui règne dans les bals tango, en Europe comme en Argentine, quand fait irruption la chacarera ?

Le folklore argentin, riche en rythmes, histoire, engagements, couleur, soude les argentins.

Cela fait plus de 40 ans que dans les montagnes de Cordoba, au coeur de l’Argentine, à Cosquin, se déroule un Festival de Folklore. Connaissons nous beaucoup de festivals qui durent autant de temps ? Et cela, sans l’arrivée du tourisme international. Et il n’est pas le seul !

Approchez-vous du folklore, même si vous n’en comprenez pas les paroles, en effet, on y trouve souvent, très souvent du chant. Alors, les magnifiques guitares, le son sec et chaud du bombo, le violon qui sonne avec une joie simple et pleine d’allégresse, vous enchanteront.

Sachez que derrière tout cela il y a l’amour des argentins, le plaisir d’être ensemble.

Et puis, si vous vous trouvez un jour en Argentine, allez dans les peñas, vous constaterez ce climat, cette générosité.

L’Argentine est un pays d’espaces. Ce sont toutes ces musiques qui lui donnent une âme et une cohérence.

La discographie est énorme. Nous avons fait un choix pour que vous puissiez avoir un panorama large, significatif et de qualité.

discographie:
Atahualpa Yupanqui: El payador perseguido
Aca seca trio
Raul Barboza: Grandes exitos
Ariel Ramirez: Acuarela folklorica
Gisela Baum: Retrato
Mercedes Sosa: Mujeres argentinas
Gerardo di Giusto: Piano solo
Horacio Guarany: Cantor de multitudes
Compilation: Coronacion del folklore
La Chacarerata Santiagueña: Patio ‘e tierra y chacarera
Tukuta Gordillo: Yawar America

Laisser un commentaire