Publié le

L. Borda – Touchée par les muses du tango

La fille qui attire les muses du tango. Peut-être est-ce Lidia Borda ?

Les muses du tango sont à chaque coin de rue dans Buenos Aires. Il faut seulement savoir les attirer.

Ces dernieres années est apparu un nombre important de chanteuses de tango. Les femmes veulent chanter et danser le tango. Mais, comme cela arrive partout, peu sont celles que parviennent à attirer les muses de la mystique ‘porteña’.
Lidia Borda était une chanteuse qui flirtait avec le jazz mais depuis plusieurs années déjà, elle s’est donné au tango. Elle étudia beaucoup pour son premier CD. Elle se consacra à bien comprendre et saisir le genre, le répertoire, les nuances, les grandes voix féminines telles que Mercedes Simone, Rosita Quiroga ou Ada Falcon. Au bout d’un certain temps, elle se décide à enregistrer et choisit un répertoire raffiné, peu utilisé par ses collègues. Des mélodies d’Anselmo Aieta, tel Entre sueños, comptaient parmi les classiques pris dans le répertoire de ces grandes chanteuses.

Borda débute parmi les pionnières, elle les récupère, les fait revivre. Elle a beaucoup appris de leurs voix les mystères qui créèrent le tango et enregistre un premier CD extraordinaire, qui bientôt sera reédité en Argentine. Maintenant, sept ans plus tard, munie d’une forte expérience (en France, on l’a entendu en 2001 à la Cité de la Musique et au Théâtre National de Chaillot), Lidia rassemble les muses des auteurs inoubliables dans un nouveau travail intitulé Tal vez será su voz  (Peut être est-ce sa voix).

Lors d’une conversation informelle, la chanteuse raconte quelques processus de ce travail qui a pris du temps et on peut le dire: très attendu. <i>La verité est qu’il fut un vrai travail artisanal, parce que c’est moi-même qui ai pris la charge de l’éditer et il est très difficile d’avoir ce que tu demandes. J’ai beaucoup soigné les détails, tant dans le choix du répertoire et celui des musiciens, que du graphisme et de sa réalisation.
Lidia part de deux points essentiels dans cet album : son rapport d’amitié et de copinage avec les membres de l’Orchestre El Arranque, et son travail avec le pianiste et arrangeur Diego Schissi, un talent qui fait partie d’un des meilleurs groupes de jazz actuellement : le Quinteto Urbano.

LB: Parfois j’ai pensé ce travail comme un CD double ou comme deux CDs indépendants, l’un qui comporterait l’évolution de mon travail avec El Arranque et l’autre avec le piano de Diego, nous dit Lidia Borda, mais après m’est venue l’idée de faire un ordre où les deux premisses puissent alterner, et j’ai préféré cette voie.

Lidia Borda est la preuve qu’il n’est pas nécessaire d’être né dans le tango en même temps que dans la vie. Ses premiers pas la situent plus près du jazz que du tango. Cependant elle a pris le chemin du tango avec beaucoup de respect et de responsabilité. Le choix du répertoire est un des points les plus forts du travail de Lidia, qui a su s’entourer des gens qui lui apportent les éléments nécessaires pour la connaissance intégrale de chaque œuvre. Elle s’intéresse aux circonstances de leur genèse, l’époque, les artistes qui ont enrégistré le thème, l’étude du poète et du compositeur, l’étude de chaque partition et les differentes voies pour s’attaquer artistiquement à chaque pièce. Ce travail que peu d’artistes s’obligent à faire, donne la différence de qualité du résultat final. Elle chante juste, elle module sur des bases musicales originales et une connaissance profonde de la dimension poétique. Lidia Borda réussit un équilibre naturel et porte de grands tangos dans une recréation originale.

LB: Dans mon premier CD, j’étais dans les années ’20 et ’30, nous dit Lidia, maintenant je suis plus près d’aujourd’hui, de ces tangos fantastiques créés dans les années ’40 et j’espère trouver bientôt un répertoire de tangos nouveaux pour les enregistrer. Mais, il faut que ce soit clair, mon répertoire n’est pas organisé par ordre chronologique mais par le plaisir de chanter ces mélodies et de chanter ces poètes incroyables pour qui le temps ne passe pas..

Ce nouveau CD est produit par Ignacio Varchausky, contrebassiste et arrangeur de l’Orchestre El Arranque, un travail merveilleux et une démonstration, si besoin en était, que le tango est ouvert à une infinitude de possibilités, tant que sa chimie perdure.

Lidia Borda avec l’Orchestre El Arranque et le pianiste Diego Schissi présente Tal vez será su voz

Laisser un commentaire